Un traitement particulier : la trachéotomie

Rubrique réalisée avec l’aide de l’ALLP (Association Lyonnaise de Logistique Posthospitalière)
Il s’agit d’un point clé dans l’évolution de la maladie.
Cette technique doit être bien réfléchie, votre décision est la seule qui sera prise en compte. Il est nécessaire d’avoir avant votre décision plusieurs entretiens avec l’équipe soignante vous expliquant les avantages et inconvénients de ce dispositif.
Ventilation invasive, ventilation assistée par trachéotomie (VAT)Elle est évoquée lorsque la technique VNI (non invasive) ne suffit plus, est mal tolérée ou devient inefficace.
La VAT va prendre en charge totalement, grâce à une machine, la circulation d’air dans vos poumons.
Ceux-ci ne sont pas touchés et effectueront leur fonction d’échanges 02/C02.
Pour insuffler cet air dans votre trachée un geste opératoire préalable est nécessaire.
Une petite ouverture sera pratiquée sur le cou, sous la pomme d’Adam, pour permettre la mise en place dans la trachée d’une canule reliée au respirateur.
Une quinzaine de jours d’hospitalisation sont nécessaires pour réaliser les essais, et s’assurer qu’aucun processus infectieux ne s’installe.
On profite de ce temps pour éduquer l’entourage – et ceci est indispensable - aux gestes simples d’aspirations et de changement de canule.
Les résultats du contrôle des gaz du sang et de l’oxymétrie nocturne attesteront de l’efficacité de la méthode et du choix correct des paramètres retenus.
A votre sortie de l’hôpital vous disposerez à votre domicile d’un matériel déjà réglé en fonction de vos besoins.

Il existe plusieurs types de canules. Votre pneumologue jugera du choix opportun.
Cette technique nécessite des soins simples que votre aidant peut et doit apprendre. Ces soins peuvent être nécessaires, jour et nuit. De ce fait, il faut savoir que la VAT nécessite la présence constante d’une personne à vos côtés, appelée l’aidant.
C’est le plus souvent un membre de la famille, vivant au domicile.
Ce peut être une autre personne de l’entourage, à condition qu’elle ait reçu une formation identique à celle que vous, « l’aidant en titre », avez reçue durant le temps d’hospitalisation (décret mai 1999).

Pourquoi cette présence constante ?
Les sécrétions et le mucus constamment sécrété doivent être aspirés par une sonde pour ne pas enrayer une correcte circulation de l’air. La fréquence de cette aspiration est variable.
Il existe des aspirateurs de mucosités de différentes sortes.
Le prestataire de service en charge de votre installation vous conseillera.
Il vous indiquera aussi la technique pour réduire les risques infectieux lors de la décontamination de la sonde.
Il est important que tout matériel d’aspiration soit maintenu dans un parfait état de propreté et correctement désinfecté

On peut être amené à devoir rapidement changer une canule qui se serait bouchée, pour en savoir plus, consultez la documentation.


Ces contraintes nécessitent de vous informer tôt de cette pratique et consigner vos souhaits, en sachant que la VAT ne permet pratiquement pas de retour en arrière, contrairement à la VNI.
Il faut aussi savoir que cette pratique se substitue à une fonction devenue déficiente mais qu’elle n’enrayera pas l’évolution de la maladie.
Votre décision doit répondre totalement à votre attente.
Dans l’optique du choix de la VAT, des soins infirmiers, par des auxiliaires de vie formés, pourront vous assister.
Il faut savoir aussi que compte tenu des lois sociales (congés payés, 35 heures, samedi et dimanche), c’est une rotation de 6 à 7 personnes qui est nécessaire pour faire face aux besoins de votre état, 24H/24 et 365 jours par an.
Si la trachéotomie permet de suppléer le travail déficient des muscles respiratoires, elle présente l’inconvénient d’être une gêne à la parole. Des systèmes permettant la phonation existent, ils ne seront efficaces que si vous ne présentez pas des troubles de la parole liés à votre maladie.
L’air pulsé dans les poumons doit être réchauffé et humidifié.
Des soins d’hygiène très précis sont à respecter toujours afin d’éviter l’entrée des germes.
La prise en charge se fait sur simple prescription médicale.
Le prestataire assurant un suivi des patients à domicile reçoit directement ses règlements par la caisse d’assurance maladie.

Le prestataire assure :
  • La fourniture du matériel (aspirateurs, sondes, canules, humidificateur réchauffeur, compresses, batteries et matériels de secours…)
  • la maintenance technique
  • permanence téléphonique 24h/24 7J/7
  • la réparation et remplacement des matériels défectueux
  • l’éducation du patient et des proches
  • le lien avec le prescripteur
  • la gestion administrative et de la continuité de la prestation en cas de vacances ou de changement transitoire de lieu
  • Il informera EDF de la mise en place de ce traitement à votre domicile afin que votre secteur ne soit pas objet d’une privation trop longue en alimentation électrique.
La trachéotomie et ses impératifs sont pris en charge à 100% par la Sécurité Sociale.
Quels sont les risques de la VAT ?
Ils sont essentiellement infectieux :
  • Il peut s’agir de simple bronchite.
  • Il peut s’agir aussi d’une pneumonie qui doit être rapidement et énergiquement traitée.
  • Il peut aussi s’agir de simples irritations de la muqueuse de la trachée par la canule, ce qui peut provoquer des saignements et conduire à devoir effectuer un changement rapide de canule. Ce geste doit être rapide pour éviter une fermeture intempestive de l’orifice trachéal.
  • Il peut aussi s’agir d’une simple irritation au niveau de l’orifice de la canule.